L’apprentissage ? J’ai autre chose à faire !

Accueil » L’apprentissage ? J’ai autre chose à faire !

Si c’est ce que vous pensez, économisez la minute qu’il vous faudra pour lire la suite. Au revoir et à bientôt, peut-être.

1 minute…

Si vous commencez la lecture de cette phrase, malgré les difficultés auxquelles vous faites face, c’est que vous avez conservé la capacité de lever le nez du guidon. Vous vous souvenez des difficultés à recruter les compétences dont vous aviez besoin il n’y a que quelques mois. Peut-être même vous en manque-t-il une ou deux de ces précieuses compétences.

Vous vous battez pour maintenir votre entreprise à flots.

Vous réfléchissez même aux actions à mener pour améliorer la performance industrielle de celle-ci, pour introduire des changements dans les processus, dans votre gamme de produits, dans l’approche commerciale, voire même amender votre stratégie…Vous pensez aux moyens de la rendre plus résistante, plus agile. Vous osez vous projeter dans le moyen terme et même dans le long terme. Alors vous allez vous dire que ce serait judicieux de faire appel à l’apprentissage industriel pour vous aider et avoir ces compétences nécessaires pour vous accompagner dans deux, trois ou cinq ans (l’apprentissage industriel : du CAP au diplôme d’ingénieur)

L’UIMM avec les représentants des syndicats a adressé au gouvernement des propositions pour vous aider et faciliter vos démarches pour prendre un apprenti (voir en annexe)

Vous êtes arrivés à la fin de ce texte, je vous en remercie et nous nous tenons à votre disposition pour travailler avec vous votre plan d’intégration d’un ou plusieurs apprentis.

Prenez contact !

Hervé Bauduin
Président de l’UIMM Lorraine
Président du CFAI lorrain
Chef de file industrie région Grand Est

L’UIMM Lorraine et son réseau c’est :

  • 1.600 industries qui emploient 52.000 salariés
  • 11 implantations en Lorraine,
  • 200 collaborateurs au service de l’Industrie,
  • 8000 consultations sociales, santé au travail, emploi/compétences ou performance industrielle par an
  • 1700 apprentis du CAP au diplôme d’ingénieur au sein des 7 sites de son pôle formation formés par an, dont 400 apprentis ingénieurs formés par l’ITII Lorraine, avec
    • 89% de réussite aux examens,
    • 80 % d’emploi à 6 mois,
    • 5 majors d’académie sur les 6 Bacpro proposés en apprentissage pour la 3ème année consécutive,
  • 2500 salariés formés chaque année.
  • 600 demandeurs d’emploi formés par an,
  • 3000 entreprises partenaires,
  • 850 CQPM – Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie – délivrés,

Le pôle formation UIMM Lorraine est le leader et acteur incontournable de la formation professionnelle en Lorraine, le pôle formation UIMM Lorraine est présent sur sept sites : Maxéville-Nancy (siège), Bar-le-Duc, Capavenir-Thaon-les-Vosges, Henriville-Moselle Est, Metz, Saint-Dié-des-Vosges et Portes de France-Thionville-Yutz.

Extrait du manifeste signé par l’UIMM, la CFE-CGC Métallurgie, la FGMM-CFDT et FO Métaux concernant spécifiquement l’alternance et l’emploi des jeunes

Un plan d’urgence et de relance immédiat en faveur de l’alternance et de l’emploi des jeunes. Pour préparer la reprise, les partenaires sociaux demandent la mise en place immédiate d’un plan d’insertion professionnelle des jeunes dans les métiers industriels, quelles que soient, par ailleurs, les difficultés rencontrées par les entreprises.

Dans ce cadre, ils demandent que l’OPCO 2i et les AR2i prospectent les entreprises qui n’emploient pas d’alternants, mettent en place une campagne de promotion d’ampleur de l’alternance et mobilisent des moyens humains dédiés de conseillers sur les territoires à cette fin. Il s’agit de concentrer tous les efforts pour soutenir fortement cette voie de formation essentielle pour l’avenir de l’industrie et des jeunes. L’ambition est de maintenir le nombre de jeunes en alternance dans l’industrie au niveau de celui connu lors de la dernière rentrée.

Dans le même objectif, ils demandent à l’Etat d’accompagner et d’amplifier ce mouvement, pour réorienter les financements visant à soutenir leur action dans le cadre d’un plan d’urgence gouvernemental. Il s’agit de mettre en place des mesures temporaires et exceptionnelles, en vue d’inciter les entreprises, notamment les PME, à poursuivre leur recrutement par alternance en réduisant, par exemple, le coût du recrutement d’un alternant, mais aussi, de demander aux prestataires de formation de faire en sorte qu’aucun reste à charge ne soit facturé aux entreprises au-delà des prises en charge des OPCO.

Par ailleurs, ils proposent que l’Etat, les collectivités locales et les OPCO agissent conjointement pour accompagner les apprentis et leurs familles dans l’achat d’équipement informatique permettant à tout jeune de se former à distance avec les moyens adaptés (ordinateurs et connexions internet).

Pour faire face aux besoins de recrutement dans certains métiers et bassins d’emplois industriels, ils préconisent de réfléchir, avec les pouvoirs publics et les partenaires sociaux territoriaux, à de nouvelles aides au logement et à la mobilité des jeunes pour les accompagner vers un premier emploi.

Ils proposent en outre d’assouplir les modalités d’exécution des contrats en alternance en ouvrant, de manière exceptionnelle et temporaire, pour une durée de 10 mois à compter de la prochaine rentrée scolaire, la possibilité pour un CFA d’accueillir un jeune à la recherche d’un contrat en alternance et lui permettre de poursuivre et valider sa formation par l’obtention de la qualification visée, y compris lorsqu’il n’a pu trouver d’employeur pendant ce laps de temps.

Enfin, les partenaires sociaux demandent la mise en place de mesures urgentes pour les centres de formations d’apprentis industriels afin qu’ils puissent être aidés au financement des surcoûts liés à la mise en place des mesures sanitaires, par exemple en rendant les CFA immédiatement éligibles au solde de la taxe d’apprentissage (13%) due par les entreprises au 30 juin 2020 au plus tard et en ouvrant la possibilité de leur attribuer, via France Compétences et les Opco, les moyens destinés à financer les nouvelles organisations des formations et les mesures sanitaires adaptées.